Cultivons l’avenir 2 soutient l’agriculture dans le Nord de l’Ontario

Voir la vidéo

New Liskeard – Il existe une différence radicale entre l’agriculture dans le Nord et l’agriculture dans le Sud de l’Ontario. En raison du climat, des sols et de l’infrastructure disponible dans le Nord, les agriculteurs de cette région ont des besoins en matière d’innovation et de recherche qui diffèrent de ceux de leurs homologues du Sud.

L’Agricultural Adaptation Council (AAC) est conscient des défis et des possibilités uniques des producteurs du Nord de l’Ontario. Grâce à l’initiative fédérale-provinciale-territoriale Cultivons l’avenir 2 (CA2), l’AAC a obtenu une aide financière à frais partagés pour la conduite de cinq projets d’innovation axés sur l’agriculture nordique qui sont menés par la Northern Ontario Farm Innovation Alliance (NOFIA).

« Il existe une différence marquée non seulement entre le Nord de l’Ontario et le reste de la province, mais aussi entre les différentes régions du Nord de l’Ontario, qui est un territoire immense », explique Stephanie Vanthof, administratrice de la NOFIA. « C’est une des raisons pour lesquelles il est crucial de poursuivre la recherche et l’innovation relatives à l’agriculture dans le Nord. »

La NOFIA est un organisme sans but lucratif qui a été créé en 2014 par des agriculteurs du Nord de l’Ontario dans le but de faire progresser l’agriculture dans cette région. Sa mission consiste à encourager la recherche appliquée à la ferme ou à la station de recherche agricole de New Liskeard, l’innovation et la commercialisation de technologies, ainsi que le transfert de technologie afin de garantir la communication de l’information existante aux agriculteurs qui en ont besoin pour perfectionner leur exploitation commerciale.

« Compte tenu des différences sur le plan des conditions, il est nécessaire de mener des recherches axées sur le Nord dans le Nord, et la NOFIA a été créée pour faire connaître ces initiatives, pour veiller à ce que le Nord de l’Ontario puisse se faire entendre d’une seule voix et mettre des projets sur les rails sans qu’il y ait chevauchement ou répétition », ajoute Mme Vanthof.

Des protocoles de multiplication des plantes ont été établis pour soutenir le développement rapide de variétés de chanvre industriel adaptées au Nord de l’Ontario. Ces protocoles s’inscrivent dans les efforts visant à accroître la diversité des plantes qui peuvent être cultivées de façon viable et concurrentielle dans le Nord et à accélérer la mise en marché des produits.

Pour stimuler la croissance du secteur agricole dans le Nord, la NOFIA a été le fer de lance de la création du site Web FarmNorth.com (en anglais seulement), un guichet unique réunissant des ressources sur l’agriculture dans le Nord. Ce site vise à fournir de l’information à la fois aux producteurs déjà établis dans le Nord de l’Ontario et à ceux qui envisagent de s’y installer.

« On trouve ici des terres à prix avantageux, mais l’agriculture dans le Nord de l’Ontario diffère de l’agriculture dans les autres régions, alors nous voulons que les producteurs soient conscients de ces différences avant d’arriver ici et de s’en rendre compte à leurs dépens », dit Mme Vanthof.

D’autres projets sont en cours, comme l’élaboration d’un plan d’affaires pour la NOFIA, la création d’un document de référence sur les cinq techniques de défrichement les plus courantes pour aider les producteurs à prendre des décisions éclairées sur les pratiques d’aménagement des terres, et un atelier sur l’élaboration de systèmes de pâturage à l’année.

La NOFIA a aussi aidé l’association Beef Farmers of Ontario à élaborer l’outil « Beef North », qui permet aux éleveurs de trouver les ressources dont ils ont besoin en ce qui a trait à l’élevage bovin dans le Nord de l’Ontario.

Pour la NOFIA, il ne fait aucun doute que l’accès à l’aide financière de CA2 est vital pour l’agriculture dans le Nord de l’Ontario et a une incidence déterminante sur le développement de ce secteur dans la région.

« L’aide financière de CA2 nous permet d’utiliser des fonds de l’industrie pour mettre sur les rails des projets de plus grande envergure et plus pertinents », affirme Mme Vanthof. Il est important, ajoute-t-elle, que la NOFIA soit capable de montrer qu’il existe un secteur agricole fructueux et viable dans le Nord.

« La diffusion de l’information dont les gens ont besoin est un des avantages principaux découlant de ces projets, poursuit-elle. L’AAC nous apporte une aide précieuse en s’assurant que le financement est accordé à des projets valables, et il est très encourageant de voir des sommes consacrées à la recherche sur l’agriculture dans le Nord. »