les haricots comestibles

Un nouveau programme pour la gestion des mauvaises herbes dans les champs de haricots comestibles

Les plants de haricots comestibles sont très sensibles aux mauvaises herbes. Selon une étude menée en Ontario, cela génère une perte de récolte moyenne d’environ 58 %.

Les producteurs doivent donc être vigilants dans la gestion des mauvaises herbes de leurs champs. Toutefois, les haricots comestibles sont également très sensibles à plusieurs herbicides. Tellement que plusieurs herbicides pour le soja ne peuvent être utilisés sans endommager la récolte de haricots comestibles.

En fait, lors d’un récent projet de recherche lancé pour le contrôle des mauvaises herbes par les producteurs de haricots, l’Ontario Bean Growers, il n’y avait qu’un seul herbicide pour feuillus pour application au sol inscrit en Ontario pour les haricots comestibles. Par conséquent, les producteurs sont à la recherche d’outils supplémentaires pour une meilleure gestion des mauvaises herbes. Un nouvel herbicide semble prometteur, mais jusqu’à présent, il y a eu très peu d’informations concernant la sécurité, l’efficacité, l’impact environnemental et la viabilité économique de la récolte en sol et au climat ontarien.

Avec l’appui de Cultivons l’avenir 2, le chercheur de renom dans le domaine des haricots, le Dr Peter Sikkema du campus Ridgetown de l’Université de Guelph, est responsable du projet de recherche, de quatre ans, pour les producteurs de haricots Ontario Bean Growers. Ce projet vise à compléter les essais de recherche en cours, pour en apprendre davantage sur la façon dont l’herbicide agit sur différentes variétés de haricots comestibles en Ontario. Avec cette recherche, les programmes de gestion des mauvaises herbes les plus efficaces, écologiquement et économiquement viables pour les haricots comestibles seront identifiés.

En particulier, les rendements de haricots blancs furent supérieurs lorsque l’herbicide était appliqué dans le sol, avant que la récolte n’y soit semée (incorporé avant le semis) ou s’il était appliqué avant que les plants n’émergent du sol (prélevée). Le contrôle des mauvaises herbes a diminué lorsque l’herbicide était appliqué après l’émergence des mauvaises herbes du sol (post-levée). Lorsque l’herbicide fut appliqué post-levée, les chercheurs ont constaté que la tolérance était propre à la classe du marché avec une plus grande incidence de dommages pour le haricot adzuki.

La lutte contre les mauvaises herbes et l’impact sur le rendement, en utilisant l’herbicide, fût également évaluée lorsqu’utilisée dans des mélanges en réservoirs, soit incorporé avant le semis (PPI) ou en prélevée (PRE). Dans l’ensemble, les deux ont démontré une bonne gestion des mauvaises herbes et de bons rendements comparables au contrôle sans mauvaises herbes pour les haricots blancs.

Un contrôle plus efficace des mauvaises herbes ayant un impact moindre sur la récolte engendre des rendements de cultures supérieurs. En fin de compte, cela peut signifier un meilleur rendement pour les producteurs de haricots en Ontario.

Les demandeurs de ce projet sont les producteurs de haricots, Ontario Bean Growers.
Ce projet a été financé en partie par Cultivons l’avenir 2, une initiative fédérale-provinciale-territoriale. L’Agricultural Adaptation Council participe à la prestation de plusieurs projets du programme Cultivons l’avenir 2 en Ontario.