Une variété de l'Ontario transforme l'industrie provinciale de l'asperge

Une variété d’asperge mise au point à l’Université de Guelph s’est avérée un catalyseur de croissance qui a transformé le secteur de l’asperge de l’Ontario.
Mise au point par le professeur David Wolyn, la variété Guelph Millennium est offerte sur le marché depuis 1997. En 2005, elle a remporté le prix Semence de l’année pour sa longévité, son excellente tolérance à l’hiver et son rendement élevé pouvant atteindre jusqu’à 9 000 livres par acre – un rendement deux fois plus important que celui de variétés précédentes.
« Guelph Millennium a eu une incidence majeure sur notre secteur; elle a été le facteur déterminant entre une industrie de l’asperge viable en Ontario et de petites exploitations en difficulté », souligne Bernie Solymár, directeur administratif d’Asparagus Farmers of Ontario (AFO). « Elle a donné à l’organisation et à l’industrie l’élan nécessaire pour croître. »
En Ontario, Guelph Millennium représente maintenant plus de 95 % des nouvelles plantations d’asperges et occupe 90 % des superficies ensemencées en asperges. À l’extérieur de la province, elle compte pour 70 % des nouvelles plantations d’asperges et des superficies ensemencées en asperges au Michigan, et sa superficie de plantation dans l’État de Washington augmente considérablement depuis les dernières années.
M. Solymár affirme que le soutien financier dont a bénéficié le secteur au fil des ans grâce à des programmes gérés par l’Agricultural Adaptation Council (AAC) a grandement contribué à la régénération du secteur de l’asperge de l’Ontario.
« Les fonds que nous avons reçus du AAC ont servi à mettre en œuvre le programme de sélection de l’Université de Guelph. Dans le cadre de ce même programme, nous étudions maintenant des variétés de nouvelle génération que nous comptons commercialiser d’ici les prochaines années », explique M. Solymár.
Au cours des ans, AFO a réalisé d’autres projets qui ont porté notamment sur une stratégie de commercialisation, sur la compétitivité du secteur et sur la création d’autres marchés pour des asperges à valeur ajoutée se prêtant à la surgélation individuelle, ainsi que sur des programmes de salubrité des aliments à la ferme et de lutte intégrée contre les insectes nuisibles dans la culture de l’asperge.
Et les travaux de l’association se poursuivent. Des essais de rendement, de densité et de variétés sont en cours, et AFO procède à la mise à l’essai de TomCast, un système de prévision des maladies qui profitera à l’ensemble de ses membres.

M. Solymár ajoute que pour un petit secteur comme celui de l’asperge, la possibilité d’obtenir du financement du AAC a permis à l’association de renforcer ses capacités et de mener des projets visant l’ensemble de l’industrie, des projets qu’elle n’aurait autrement pas été en mesure de soutenir.

« L’avenir de notre industrie s’annonce très prometteur à présent. La superficie ensemencée en asperges a augmenté d’environ 600 à 700 acres au cours des trois dernières années, ce qui représente une belle hausse », conclut-il.

Asparagus Farmers of Ontario est le plus vieil office de commercialisation de la province. Il représente près de 85 producteurs et compte 3 200 acres d’asperges produisant une culture dont la valeur à la ferme est établie à 25 millions de dollars.