Ferme

Des organisations agricoles collaborent pour réduire les charges de phosphore et améliorer la qualité de l’eau dans le lac Érié

Le lac Érié est aux prises avec des charges de phosphore élevées depuis les dix dernières années. Comme l’agriculture constitue l’une des principales utilisations des terres dans le bassin hydrographique du lac Érié, le secteur a un rôle primordial à jouer pour améliorer la qualité de l’eau dans le lac.

Sept organisations agricoles de la province ont assumé un leadership en collaborant à l’élaboration du Plan d’action Canada-Ontario pour le lac Érié. Par l’entremise du groupe Environmental Collaboration Ontario (Eco-Ag), Ontario Pork a obtenu un financement du Partenariat canadien pour l’agriculture (le Partenariat) pour un projet visant à appuyer la mise en œuvre de ce plan.

« Les agriculteurs canadiens savent qu’il est important de protéger nos terres et nos eaux en ayant recours à des pratiques durables », a déclaré Marie-Claude Bibeau, ministre fédérale de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire. « Notre gouvernement est déterminé à travailler avec l’Ontario et le secteur agricole, par l’entremise du Partenariat, pour fournir aux agriculteurs les outils et les connaissances dont ils ont besoin pour améliorer la qualité de l’eau dans le bassin du lac Érié. »

« Ce projet, qui appuie le plan environnemental élaboré en Ontario, s’inscrit dans le cadre de notre travail visant à améliorer la qualité de l’eau dans le bassin des Grands Lacs et à soutenir les efforts de gérance environnementale de nos agriculteurs », a déclaré Ernie Hardeman, ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales de l’Ontario. « Nous nous engageons à travailler avec les agriculteurs pour atteindre nos objectifs communs visant à améliorer la qualité de l’eau et la gérance environnementale. »

Les membres d’Eco-Ag comprennent Ontario Pork, Grain Farmers of Ontario, la Fédération de l’agriculture de l’Ontario, Ontario Greenhouse Vegetable Growers, Ontario Processing Vegetable Growers, Ontario Sheep Farmers et Ontario Fruit and Vegetable Growers Association.

« Le projet et les recommandations à venir permettront d’établir l’infrastructure qui assurera la mise en œuvre efficace du Plan d’action Canada-Ontario pour le lac Érié et, ainsi, de maximiser les résultats environnementaux, communautaires et agricoles définis dans le plan », a précisé Michael Keegan, chargé de projet d’Eco-Ag. « Nous voulons nous appuyer sur la communication, la collaboration et l’information pour éduquer et sensibiliser les gens afin d’améliorer la qualité de l’eau dans le lac Érié. »

Le projet comprend : une étude exhaustive des programmes et des activités qui contribuent à réduire les charges de phosphore; l’établissement de réseaux de partenariat mieux intégrés et qui s’étendent au-delà du secteur agricole pour inclure des partenaires du gouvernement, du milieu universitaire et de groupes communautaires, environnementaux et autochtones; l’élaboration d’une infrastructure sectorielle d’information et de collaboration pour appuyer les politiques et les programmes qui aideront le secteur à apporter des changements positifs; l’examen des outils technologiques qui peuvent contribuer à assurer une gestion efficace des données et à appuyer les processus de prise de décision.

Par exemple, l’intégration de plusieurs couches de cartographie à de nouvelles études sur un bassin hydrographique permet de concevoir des systèmes de gestion mieux adaptés aux diverses utilisations, à la géographie et aux autres caractéristiques du bassin hydrographique.

« Les attentes de la société changent et l’agriculture continue d’évoluer pour répondre à ces attentes », ajoute-t-il. « Les agriculteurs prennent leur rôle de responsables en gérance environnemental au sérieux et s’engagent à assumer leur part de responsabilité pour nettoyer le lac. »

Selon M. Keegan, le financement du Partenariat constitue un investissement public très important qui fera progresser le travail de collaboration et qui accélérera la conception des réseaux et des outils requis pour rétablir la santé du lac Érié.

Le projet a été en partie financé par le Partenariat canadien pour l’agriculture (le Partenariat), une initiative fédérale, provinciale et territoriale. L’Agricultural Adaptation Council contribue à l’exécution du Partenariat en Ontario.